Images CINEMA et images télévisées

Images CINEMA  et images télévisées

colère,fermeture d'usine.


si demain je dois filmer une fermeture d'usine , la colère sociale,les manifs

Avec deux millions d'emplois supprimés dans l'industrie en moins de 30 ans dans notre pays ( moins 200000 rien qu'en 2009 !),les reportages sur la colère sociale et les fermetures d'usines deviennent quotidiens désormais .
Que ce soit en lisant la presse écrite du matin ou le dernier flash infos , les annonces de liquidations prochaines , de faillites de sociétés et de fermetures d'usines sont devenues des sujets récurrents .
Si demain vous devez filmer " la colère sociale " et tout ce processus  qui amène les salariés à manifester leur inquiétude ... ces quelques expériences peuvent vous aider .





1)  les débuts du conflit social.



Il n'est pas difficile malheureusement de deviner que l'entreprise  devant laquelle l'on passe depuis des années traverse un jour, une période d'incertitude : la simple observation des lieux , des habitudes du personnel de moins en moins nombreux à chaque prise de poste et le parking à moitié vide, donnent déjà une indication peu rassurante sur l'avenir du site.
 
 

Des locaux sans entretiens, peu d'activité dans l'usine et un service expédition divisé par deux sont autant de signes négatifs qui ne surprennent plus lorsque l'on apprend la mise en liquidation prochaine de la société .


 

  



 

 

  

 

En général :
c'est un salarié ou un délégué syndical qui peut vous donner l'alerte...mais, à ce jour, ( 6/03/2010) on peut rajouter des moyens d'information comme twitter
qui est un outil deréseau social et  qui permet à l'utilisateur d'envoyer gratuitement des messages brefs... autant de possibilités d'être mis au courant  d'un début de conflit et de partir sur ces sujets douloureux.

Une bonne prise d'infos et une discussion par téléphone avec les responsables de la grève avant de partir permet de bien comprendre la situation et l'accueil que l'on aura sur place avec une caméra!

Quelques observations recueillies sur les premières images d'un conflit social :

- Ce qui arrive à l'entreprise et aux hommes qui y travaillent est exceptionnel !
 D'habitude c'est l'effervescence dans l'enceinte de l'usine, les véhicules de transports des marchandises sont en mouvements , on s'active,les cheminées crachent de l'activité et l'on ne voit jamais groupes d'ouvriers dans la cour .
 Seule la pause de 10h ou les changements de postes du matin et de l'après-midi sont l'occasion de voir des dizaines de travailleurs à l'entrée et aux sorties de l'usine. 

Hors là , c'est unique !!  Une bonne partie du personnel gréviste a débrayé ce matin et se retrouve un peu désorienté  dans la cour ou l'entrée de l'entreprise !

  

 


Les premières images peuvent donc être cela : une colère qui s'installe, des portes qui se bloquent , l'entrée des fournisseurs barricadée , des palettes de bois entassées aux endroits stratégiques  , un feu de pneus , des banderoles fabriquées à la hâte dans la nuit avec les premiers mots...et une ambiance de siège,d'occupation totale de la part des ouvriers en colère.









 






















Le traumatisme du salarié privé de son emploi habituel est réel dans un début de grève .

 En discutant avec les personnes de l'entreprise on s'aperçoit très vite que la plupart des ouvriers peuvent avoir entre 15 et 25 années d'ancienneté ( c'est un exemple ). 

 
Peut-être même que certains d'entre eux n'ont connu que cette usine durant toute leur carrière... il y a donc une relation de coeur entre l'outil de travail et l'employé .
D'ailleurs , on entends souvent une pointe de regrets et de nostalgie dans les propos des personnes lorsqu'elles parlent "des belles années d'abondance , quand l'usine tournait à plein régime, les copains , les ambiances à l'atelier , les primes de fin d'année ... "




La caméra voit deux situations bien différentes autour du feu de la contestation : les quolibets et les menaces d'une grande partie du personnel en colère contre la direction , un groupe ou un patron et , ceux qui font déjà une croix sur leur emploi et ne se voient pas dans l'action!



Mais pour l'heure , tout le monde est dehors et ça.... c'est déjà un changement!
Ce sont les premières images que l'on découvre: une belle improvisation en ce début de conflit .
L'humeur est étonnement joyeuse entre les salariés qui se retrouvent.
On fait bon accueil aux médias qui vont annoncer et montrer du doigt le problème.( sauf si le dernier sujet diffusé n'a pas plu ).
  
  
  
  
  

Le plan large montre le rassemblement et les banderoles accrochées à l'entrée.

La caméra se rapproche et capte des ambiances , des conversations entre ouvriers , "des coups de gueules".
Un extrait d'un moment fort peut servir d'introduction au sujet s'il résume en quelques mots la situation de tous .
Si l'on est seul devant le porte-parole, le micro-cam sera efficace  à moins de trois ou quatre mètres .
  
  
  
  
Sinon, un micro cravate enveloppé d'une bonnette anti-vent et placé sur la personne avec l'émetteur HF cinq minutes avant peut vous laisser plus de latitude et de distance par rapport à la scène.
L'idéal bien sûr c'est d'avoir comme équipier un technicien du son qui ira avec sa perche vous chercher les bons coups .

" Qui va payer nos maisons maint'nant ?? "

" on a tout donner sans cette boîte et voilà comment on nous remercie ! "

" on a pas été payé depuis deux mois ... !! " 

" on va pas se laisser faire et s'il faut occuper l'usine  on restera jour et nuit  !! " 
  
  


En quelques mots le décor est planté...malheureusement , et ce sont pratiquement souvent ces mêmes termes que l'on entend au grand désespoir des gens concernés !

Des gros plans sur les visages , les regards, les échanges, accentuent  l'émotion des grévistes et donnent une idée de  l'ambiance tendue du moment.

Pour  enregistrer ces instants , la caméra peut être sur pied à plusieurs dizaines de mètres du groupe et filmer en longue focale ... sans se faire trop remarquer .
  
Pendant ce temps,on prépare le feu ....





 
  
  
Le matériel entassé çà et là en guise de barricades  peut servir l'image et apporter un angle intéressant à certains plans. 
  
  

  
  
La prudence est toutefois de mise lorsque l'on évolue autour de ces matériels installés dans l'urgence : une ferraille qui dépasse , un clou , un objet instable, des produits corrosifs sur le sol et l'urgence peut changer de camp . 
  
cette photo spectaculaire le montre bien : alors que je me préparai pour une interview d'un des responsable syndical devant le feu ... un gréviste un peu énervé balance une bombe de laque de 60 cm dans le bac  au milieu de toutes les personnes présentes ....
 
  
j'ai juste eu le temps de déclencher le REC de ma caméra et l'explosion à eu lieu avec une très forte boule de chaleur .... sans faire de blessé cette fois ci !
 
 
 
On tente de faire peur et les arguments peuvent être de taille .
En partant sur le reportage d'une usine en grève ,on ne sait jamais l'ampleur que va prendre la contestation, ni le nombre de grévistes qui vont y participer , ni la durée du conflit.
 
Les moyens de pressions sont visuels et donc médiatiques .
Ils montrent la détermination des grévistes et vont alimenter les JT au cours du conflit.

Sachons néanmoins éviter le piège de tomber dans la mise en scène sur commande : l'attention soutenue des médias pourrait pousser certains organisateurs à de la " sur-enchère" en images ,( voir même : faire prendre des risques inutiles aux salariés et à la population voisine ).


  
La caméra observe et enregistre  une situation, elle ne crée pas la circonstance .
  
  
  
  
 
Les menaces de passages à l'acte peuvent être martelées par les responsables du personnel : dans une usine ou une entreprise il y a toujours des secteurs dangereux  et sensibles .
Si la situation n'avance pas , on a déjà vu des opérations spectaculaires du genre : de l'acide déversé dans un cours d'eau ou une partie du stock de la production détruite .... 

Tout l'art du bon journaliste consistera donc à ne pas se faire manipuler par ces opérations " coups de poings " .
  
 a suivre....
  
  
sujet en cours d'écriture ....


stock de photos persos à disposer pour monter l'article......


 


 



 

 
 

 
 
 
 
 
 
 











A lire aussi sur le même sujet: expulsion d'ex-salariés

02/03/2010